UASG ATHLETISME

UASG ATHLETISME

CR du semi de Paris par Stéphanie T le 06/03/11

Semi marathon de Paris 2011

 

Ma première course aux couleurs de l’UASG, après seulement quelques entraînements, c’était le Paris-Versailles 2010. Déjà, je me voyais progresser. J’enchaîne par les 20km de Paris, et là encore j’atteins mon objectif. Portée par cette euphorie, je m’inscris au semi de Paris. Aux 20km, j’avais mis 1h44, 6 mois après et avec mes plans d’entraînement, je vise 1h40. Ambitieux me semble-t-il, mais j’aime me fixer des défis. Quelque temps avant la course, je commence à regretter, 30 000 personnes, ça va être pénible, les embouteillages … Déjà j’en vois les premiers désagréments au retrait des dossards. Je n’ai même pas pu prendre le tee-shirt tellement il y avait de monde. Mais sans regret, un vulgaire tee-shirt en coton !

 

Le jour J arrive, il fait beau, frais mais beau. La veille, je me suis préservée, juste une balade en forêt. Et une bonne plâtrée de pâtes la veille. Je rejoins Gilles, Damien et Martial dans le métro, et nous voilà partis. Comme d’hab, je fixe la puce et le dossard dans le métro … C’est marrant, dans le métro il y a plein de coureurs avec leur dossard et recouvert d’un sac poubelle ! Ca donne le ton. Sortis du RER, on trottine jusqu’au par floral. 2km d’échauffement. J’ai déjà chaud ! On pose les affaires, il faut se faufiler dans la foule, je n’aime pas ça.. Puis on trottine jusqu’au départ. Pff, trop de monde ! J’ai choisi de ne mettre que le débardeur SG, sans buff ni gants. Et collant long.

 

10h, top départ. Béééééééééé, on fait les moutons ! Ca se bouscule, il faut jouer des coudes pour avancer. Quelle horreur ! Km1, j’ai déjà 30s de retard par rapport à mon objectif. Km2, toujours 30s. Je rattrape mon retard seulement au km5. Au ravito, j’arrive à prendre une bouteille d’eau. Là, j’arrive enfin à me sentir bien. Je gagne du temps petit à petit, j’arrive même à être en avance par rapport à mon objectif. Km13, je passe en 1h00. Quelle précision ! Km15, j’aperçois enfin le meneur d’allure. Je commence à galérer. J’ai 2mn d’avance, je sais que j’ai de la marge, mais si je peux dépasser mon objectif, ce serait encore mieux. Et je n’ai pas le droit de relâcher, je pense aux blessés et notamment à Steffi qui ne peuvent pas courir et qui aimeraient tant être là. Donc moi je me dois de courir. Je chope de l’eau et un sucre, je commence à avoir mal aux jambes. Mais je ne dois pas perdre le meneur. Il faut que je m’accroche pour le doubler à la fin. Km16, km17, km18, pff, c’est long, ça n’en finit pas. Km20, enfin. J’ai 11mn d’avance par rapport aux 20km de Paris. Ca descend, ça j’aime bien, je me laisse aller, c’est bientôt la fin, je vais réussir. Les photos, je souris. Au loin je vois l’arrivée, enfin, j’en peux plus. 1h38 à mon chrono, c’est gééééééééééénial, inespéré, magique, j’suis trop contente. Kikour, Kiécontente, Kinicroipa …J’ai un peu du mal à tenir debout après l’arrivé, du mal à respirer. Je comprends maintenant ce que ça veut dire « se rentrer dedans ». Là je ne pouvais pas vraiment faire plus.

Je voulais rentrer en courant, mais non !

 

Les résultats disent en temps officiel 1h38mn00s, soit 91° SEF sur 3 504, et au général 4 121° sur 23 675. Oh, trop contente J

Maintenant j’ai la pression pour le prochain semi !

 

Stéphanie



16/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres