UASG ATHLETISME

UASG ATHLETISME

CR Marathon de Sénart le 01/05/2011 par Carine

Voici un CR de notre aventure du 01/05/2011 Marathon de Sénart :

 

Les jours précédant la course, nous stressons car Annie vient de se faire faire des semelles par Jérôme Moro, le podo de la section, et elle a une énorme ampoule sous le pied et moi j'ai mal au genou/cuisse droit. Après le désistement pour blessure des 3 hommes de la section inscrits, on se dit qu'on est une équipe de bras cassés !

J'essaie tout pour faire passer la douleur (voltarène et bouillote, conseillés par ma copine infirmière, glace par un copain iron man...), mais à la veille de la course j'ai toujours mal. Je prends la résolution de courir et si la douleur est persistante et trop forte, je m'arrête car je ne veux pas me blesser. Nous échangeons beaucoup de SMS avec Annie  sur notre état physique et mental... on en est au même point je crois. Dernier déjeuner de la semaine (pâtes) avec Annie pour affiner notre équipement, les to do avant la course et surtout la stratégie à suivre (Annie veut faire du negative time split, moi je ne suis pas trop partante, mais j'ai envie de courir avec Annie, donc on adapte nos petits fichiers Excel plastifiés en fonction de cette stratégie.

 

Le jour de la course, on se retrouve 1h avant à Tigery, avec nos conjoints. Echauffement en suivant les conseils de Michaël Orange qui court lui aussi le marathon. On se met sur la ligne de départ, on est carrément les 1ère à partir :). Il reste 1 min, Annie danse au rythme de la musique

"Americano", moi je fais un dernier petit échauffement, et là, je mets un bon coup de pied au genou d'Annie qui était juste derrière moi, sympa la copine.... elle a encore un bleu....sorry encore Annie, c'était pour te faire partager ma douleur au genou :):)IL fait beau, temps idéal, pas trop de monde (1700 personnes), on part un peu trop rapidement selon Annie qui me freine. Des non voyants font la course, on en dépasse en les félicitations car je trouve que c'est vraiment extraordinaire comme exploit. Il nous dit qu'il fait beau, qu'il faut profiter, que la vie est belle, quelle belle philosophie !... là j'imagine Gilles qui s'inquiète car il doit se dire que nous avons encore tchatché pdt tte la course :)10 min après le départ, je vois un lièvre de 3h45 (mon objectif) qui nous dépasse. Et là, malgré toutes nos prévisions, stratégies avec Annie, je ne résiste pas à l'envie de le suivre. Petit moment d'hésitation car je ne veux pas laisser Annie, qui en fait est trop contente de se débarrasser de moi après le coup de pied et mon allure de petit chien fou du départ, donc elle me conseille vivement de courir après le joli ballon :). Ce que je fais pdt 35 km. Pendant un bon moment, je le devance car il y a pas mal de monde autour du ballon et pour les ravito, je perds du temps. Pdt toute cette partie, je ne sens plus ma douleur, je me sens super bien, il fait beau et bon, on traverse des petits villages où les gens nous encouragent par notre prénom (noté sur le dossard), on a des animations musicales. J'ai mon ipod à fond avec de la musique entrainante pour me motiver, que j’éteins ds les villages pour profiter des encouragements et des animations musicales. Même le passage difficile qu'Eric Lafont nous avait indiqué, ds les champs à perte de vue a été agréable, roulant, avec un petit vent rafraîchissant. Durant tout le parcours nos conjoints, Fabien et Laurent, ensemble, se sont escrimés à être présents tous les 10 puis 5 km (sachant que toutes les routes étaient fermées) pour recharger les fioles en eau et sirop et recharger la batterie courage de leur petites coureuses. Je pensais à ce moment là faire 3h40 car la fin est en descente et je devançais le ballon 3h45.Mais au 35ème km, coup de barre énorme, mes jambes ne répondent plus, j'ai l'impression que je vais avoir des crampes dans les secondes qui suivent, je vois mon lièvre passer et disparaitre, gros coup de blues, envie de pleurer. On court sur des pavés, ça fait mal, j'ai plus d'eau...le mur ! Heureusement à ce moment là, un ami arrive en vélo pour m'accompagner, il me parle, mais je ne peux même pas lui répondre, ou pas envie de parler (là c'est vraiment que ça va mal :)). Il a bcp de mal à me suivre car bcp de passages où les vélos sont interdits, donc finalement il sera à mes côtés pdt peu de temps. Ce qui m'a sauvé c'est que je vois Grég Postel sur le bord de la route (il a fini son 10 km), je lui fais de grands signes et il vient courir à mes côtés et m'accompagnera jusqu'à la fin. Je dois être une loque à ce moment là, vitesse 6' au kilo. Il regarde souvent sa montre et me dit que je suis bien (mensonge de coach, mais c'est ce que j'avais besoin d'entendre à ce moment là). Il me parle, m'explique le parcours, les montées, les passages ds la forêt, me devance pour aller me remplir mes fioles d'eau au ravito. Quand je vois km 39, je me dis que je dois tout donner, donc je puise dans mes dernières ressources et reprends une bonne allure. J'attends avec impatience la fin car je sais que c'est une belle descente :) Effectivement bonne descente, où Laurent Th est venu en vélo nous encourager (merci, tes encouragements m'ont fait bien plaisir). Puis on arrive au dernier tour de stade. Grég n'a pas le droit de rentrer ds le village d'arrivée; il me conseille de donner tout ce que je peux, ça je sais faire (je finis généralement ds le rouge). C'est sympa ce tour de stade, sous les encouragements ! 3h48. A l'arrivée, le seul regret est que les non coureurs n'ont pas le droit d'être présents. Un vieux monsieur adorable vient me récupérer car je suis chancelante. J'ai une très belle médaille en verre et un brin de muguet :) Après qq pas, une boisson, qq étirements, je sors du village pour voir mon mari. Il me dit que Grég et Sarah sont là. Je prends le portable et je retourne ds la village d'arrivée pour récupérer Annie, éventuellement suivre les conseils d'Eric et se faire massage pour des kiné (mais il y a bcp de monde)... et là, je retrouve ma partenaire Annie, trempée (elle a dû se renversait des seaux d'eau pdt la course :):)). Elle est HEUREUSE car son objectif était de 4h, elle a fait 3h59'40, là c'est d'une précision incroyable ! Mais c'est une fille incroyable ! On appelle Gilles pour lui annoncer nos résultats ! On laisse tomber le kiné pour le bbq. A la sortie du village, Sarah, Grég, Laurent et Fabien nous félicitent, c'est génial, le bonheur ! En partant, on voit passer Serge Mesuil, qui m'avait soutenue durant tt mon marathon à Orléans, et qui a organisé le Téléthon 2010 auquel a participé l'UASG. On hurle des encouragements, il n'a pas l'air bien, il m'avait dit qu'il blessé et visait 4h. C'était son 105 ème marathon, respect...Rdv ds la maison de Grég où nous attendent un super BBQ au jardin, sous le soleil, avec la jolie petite famille de Grég, avec nos conjoints, Sarah toujours aussi souriante, Christian avec 2 bouquets de roses pour nous ;). Donc après le marathon, la bière (désolée Jean-Luc, j'ai bu toute la Leffe que tu avais commandée :)) puis rosé et champagne pour faire passer le goût du1/2 litre de Teisseire Sport bien concentré, écœurant il fallait bien ça non ?

 

Donc superbe aventure, que du bonheur....enfin presque...- Merci beaucoup à nos conjoints qui nous ont vraiment supportées ( ds tous les sens du terme :))- Merci coach Grég, sans toi, je serais encore sur mes pavés à Combes la ville, et merci pour l'après course- Merci Gilles, Grég, Eric, Michel, Damien pour vos fichiers Excel, vos conseils et encouragements- Merci pour tous vos petits messages d'encouragement et de félicitations qui nous ont  fait tellllllllllllement plaisir, rien que pour ça, je le referais bien volontiers....d'ici qq mois

 

Les Plus :

- Le soleil, les encouragements des spectateurs (mon dernier marathon à Orléans il ya 5 mois, 4h sous la flotte, seuls encouragements mon mari et les chasseurs avec leur fusil, parcours sur des routes qui n'en finissent pas entre les carottes et les choux et seule seule car 300 participants)

- Courir avec Annie, c'est super de préparer la course ensemble, de s'entrainer ensemble, d'être vraiment à 2 durant les bons et les mauvais moments et de voir la joie d'Annie à l'arrivée

- l'après course, on devrait toujours faire une après course :) c'est motivant quand on a des coups de barre avant et pdt la course :)

- le civisme des coureurs durant toute la course (lorsqu'il y un obstacle, les coureurs l'indiquent aux suivants, qd bousculade, ils s'excusent, des encouragements pour ceux qui marchent et qui craquent...), chose que je n'ai pas du tout du tout vu au 20 km de Paris, c'est une des raisons pour lesquelles je n'ai pas aimé cette course.

- notre nom sur le dossard qui permet un encouragement personnalisé !

 

Les moins :

Ben en fait je crois qu'il n'y en a pas :)



10/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres