UASG ATHLETISME

UASG ATHLETISME

CR de l'oxygen challenge le 04/06/2011 par Stéphanie

Oxygene Challenge – 70km, D+3500m – 04/06/2011

 

La première étape de ma prépa CCC … 70km, D+ 3500m, temps max 16h30 … Pas vraiment préparée, depuis l'écoT je n'ai pas repris de vrai plan d'entraînement, je fais « juste » du fractionné, quelques séances de côtes et quelques footings. Je compte beaucoup sur les restes de ma prépa écoT.

J-5, il est temps de se pencher sur le parcours et d'établir un pseudo-tableau avec mes temps de passage. J'aplatis le parcours avec la méthode 100m de D+ = 1km, donc j'arrive à 105km. Une estimation à 8km/h et une à 9km/h. Sauf qu'Alex me fait remarquer que mes calculs dépassent la première barrière horaire … Ce qui veut dire que ça risque d'être dur et qu'il ne va pas falloir trop trainer. J'avais prévu de passer au 1er ravito entre 2h13 et 2h30 alors que la barrière est à 2h09. (finalement on passera en 2h02, sauvés !)

J-1 avant notre départ, la galère de faire le sac ! Je me suis préparé 6 sachets de poudre magique (malto/fructose), un sachet à la goyave et des gels Punch Power en porte-bonheur, de la poudre pour mon gateau sport maison et des TUC. Le matos obligatoire « veste imperméable à la taille du coureur » !!! Des fois qu'on prenne une veste de Barbie ! Montre, guêtres, chaussures, strap, couverture de survie, frontale, poche à eau, buff, gants, casquette … Et les bâtons de Dom. Des Leki Traveler, pour tester avant que je me décide sur le modèle que je vais acheter. Merci Dom ! Et la photo de Papa en porte-bonheur, pour me donner du courage dans les moments difficiles. Et mon téléphone, au cas où certains aient la bonne idée de m'encourager.

Nous logeons dans un mobil-home à Vic-sur-Cere, à une dizaine de km du Lioran. Super camping, avec piscine. Départ mercredi soir, la galère des embouteillages, partis à 18h de Porte Maillot, arrivés à … 4h du matin ! Une balade le jeudi avec visite d'Aurillac. Une ville sombre et vide. Mais au moins on l'aura vu. Vendredi une autre petite balade, avec la joie de goûter à l'orage. On revient trempés ! Puis trempette à la piscine avant de filer récupérer les dossards. On arrive 10mn avant la fin de la remise des dossards, et trop tard pour récupérer nos cadeaux. J'ai le n° 2060. Et là, on voit « itinéraire de repli pour le 70km suite aux orages prévus : le parcours ne passera pas le Puy Mary ni par les crêtes. 65km et 3000m de D+ au lieu des 70/3500 ». Ca donne le ton, on va se prendre des orages … Puis on va à la Pasta Party, des spaghettis/sauce tomate/gruyère rapé. Pas mal. Et des compotes en dessert. On rencontre Aurélien que j'avais rencontré virtuellement sur Raidlight et qui a gagné les Aubins. Et qui a fait des podiums à toutes les épreuves auxquelles il a participé au Lioran. Un champion ! Puis on file se coucher pour être en forme à 5h du matin le lendemain … Je me couche à 21h, mais impossible de dormir avant 22h30.

Samedi, 3h, debout …

Je mange mon gâteau sport et go. Il fait froid mais il ne pleut pas. Par contre il a plu toute la nuit, le terrain risque d'être glissant. On part bien évidemment en retard, et on arrive juste quelques minutes avant le départ. On croise Damien, Gilles, Aurélien et Alexandre. Que l'on ne croisera pas par la suite, ils sont trop rapides !

5h, mon téléphone vibre, un message de Stéphane. Waouh, ça me fait trop plaisir.

5h10, top départ. Je trouve que ça part vite, et on se retrouve dans les derniers avec David et Juju. Je vais essayer de rester avec eux pendant toute la course, je n'aime pas courir seule. Montée au Plomb du Cantal, à la frontale. 600m de dénivelé dès le début, de quoi nous réchauffer ! Ca se monte bien, on va mettre 1h à arriver en haut. Ce qui confirme la théorie de David 600m=1h. Le jour s'est levé, plus besoin de la frontale. Il ne doit y avoir que 5 personnes derrière nous. Peu importe, du moment qu'on termine, pour moi c'est le principal.

Puis descente jusqu'au ravito. Juju fait l'accordéon, il nous double, prend des photos donc on le double, puis il nous double, etc. Au final, je vais courir tout le temps avec David, et Juju fera le Yoyo tout du long. Premier test de descente avec les bâtons, je les garde en mains, ça va, ce n'est pas trop encombrant.

2h02 de course, on arrive au 1er ravito (13km). Bien garni, pain, cantal, charcuterie, bananes, oranges, gels, TUC, pâtes de fruit … Perso je prends une pâte de fruit, une banane et quelques TUC. Et un verre d'eau. Je ne remplis pas ma poche, je n'ai pas bu. Je regarde mes textos, j'avais senti mon téléphone vibrer. Ca fait vraiment plaisir. Et je profite du « point chaussettes » pour en prendre une paire. Après je ne me souviens plus trop, on traverse le village de Thiezac, on passe la deuxième barrière horaire et on entame une longue montée jusqu'au 2ème ravito (21km). Et on repart encore en montée. Et là, je regarde mon tableau avec les temps de passage, et je vois qu'il nous reste 45mn pour faire les 7km suivants … Du coup on accélère. On ne va quand même pas se faire bloquer ! Mais finalement, je n'avais pas regardé la bonne colonne, j'avais regardé la moyenne à 10km/h et non les barrières, ouf !!! J'ai les bâtons que Dom m'a prêtés pour tester. Il va me falloir du temps pour m'y faire, mais après quelques heures j'arrive enfin à les clipser/déclipser facilement. Mais je suis quand même sceptique de l'utilité des gants.

Arrivée au 3ème ravito (28km), uniquement liquide. Je ne remplis toujours pas ma poche. Puis on passe vers une belle cascade sur des rochers très glissants. Les mecs de Maindru n'ont pas trouvé mieux que de se mettre là pour prendre des photos !

 

Je ne me souviens plus trop du détail du parcours, juste qu'il y a de longues descentes qui font mal aux cuisses et de longues montées raides qui fatiguent. Mais je préfère les montées finalement, ça fait moins mal.

4ème ravito à St-Cirgues de Jordanne (41km). C'est sympa, il y pas mal de « spectateurs », des vieux du village. On a environ 1h d'avance par rapport à la barrière horaire. Là quand même je remplis, mais ma poche n'était pas vide. Je n'avais mis qu'un litre au départ. On repart et on passe par les Gorges de la Jordanne. C'est marrant, on traverse le kiosque. « Gorges », il faut le dire vite, mais c'est très joli. Je commence à avoir les cuisses qui tirent sérieusement. Et mal au ventre. Sur les côtés là où le sac appuie, et un peu partout, j'ai tout le ventre qui ballotte. Déjà que je n'arrive pas à manger, jusque là ça allait, mais maintenant ça va devenir difficile. Pourtant j'ai faim, mais si je mange, j'ai peur que ça me reste sur l'estomac. Je commence à en avoir marre. Je suis toujours avec David et Juju. Après les gorges, le parcours dévie du parcours initial à cause des prévisions d'orage. Du coup on ne sait pas où sera le prochain ravito. Initialement il devait être au km 49 mais on en est déjà à 50, donc on attend.

5ème ravito, 52km. Et là, on nous annonce qu'il reste un ravito dans 12km et l'arrivée dans 18km. Ce qui fait 70km en tout, alors qu'on pensait ne faire que 65 … Et on nous annonce 10km de montée ! Là c'est vraiment long. Mais pas le choix, on monte.

6ème et dernier ravito, 64km. Et là, le ciel est tout noir, et on voit qu'il pleut dans la direction où on va. Et on nous annonce « pour l'instant, l'organisation ne bloque pas la course, mais fort risque d'orage. Si ça claque, vous jetez les bâtons et vous vous mettez en boule sous votre couverture de survie ». Très rassurant ! « Pour l'instant il n'y a pas d'orage, juste de la pluie, mais si vous voulez, vous pouvez rester là en attendant la fin de l'orage ». On repart quand même, et 2mn après il pleut. La casquette, la veste, et on repart. Ca va, il ne pleut pas trop fort, et il ne fait pas trop froid. Et ça ne dure pas longtemps. On monte encore, et on retrouve le 45km. Et enfin on nous annonce que l'on est en haut, et que ça va ne faire que descendre. On recourt, et là … bam, la chute, je m'étale de tout mon long dans la boue, une petite thalasso ! Heureusement que j'avais décroché les bâtons. Je suis pleine de boue, et je sens que je vais avoir un beau bleu. On repart doucement, et on se fait doubler par une nana, ce qui me remotive, il faut la re-doubler. Chose faite en peu de temps, et elle ne nous doublera plus. Une belle descente, puis on arrive à la route par laquelle on vient en voiture, re-montée et descente finale. J'essaie d'enlever les bâtons, mais la boue est entrée dans le clip et impossible de les déclipser ! Super pratique.

On termine en 13h14, c'était long. Donc course entièrement faite à deux J Et malheureusement Juju nous a lâchés avant la dernière descente, du coup on pensait qu'il était loin alors qu'il a tout donné pour nous rattraper et arrive seulement 2mn après nous.

Au total, j'ai dû boire … 1L dans ma poche plus un verre par ravito, soit … 1.5L (c'est pas bien !!!).

A l'arrivée, j'ai très faim, mais incapable de manger. J'en peux plus du sucre. J'ai le dos brûlé par le sac. Et on a totalement zappé le stand massage ! J'y ai pensé toute la course, et à la fin j'en avais tellement marre, j'avais trop envie de rentrer que j'ai oublié !!!

A J+1, j'ai juste quelques courbatures aux cuisses et un peu mal aux bras. A J+2, j'ai refait un footing de 35mn, c'était dur au début, mais après ça allait. Je m'attendais à bien pire au niveau des douleurs, pour 70km et 3500m de D+, je pensais avoir bien plus mal. A J+3, j'ai toujours mal.

Résultats :

-         13h14mn30s

-         6ème femme, 3ème SEF

-         131ème (sur 169 arrivants)

 



14/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres