UASG ATHLETISME

UASG ATHLETISME

CR du marathon de Paris 2014 par Arnaud G. le 06/04/2014

Marathon de PARIS

Arnaud, nouveau venu parmi nous, nous narre de façon originale son marathon de Paris.   

marathon3.png


Nous y voilà...
Moi
, mon corps et le marathon. Depuis 5 ans à peu près à la même date, on se retrouve tous les 3 pour cette grande messe parisienne et cette année, mon objectif sera de 4' au kilo soit environ 2h48. Pour la préparation du corps, j'ai la chance de courir, en particulier, avec mes amis d'EDF

et de l'UASG, de plus en plus nombreux, sur la piste Guimier de Nanterre. Malgré une petite frayeur 4 semaines avant le jour J (mon mollet a fait de la résistance mais je l'ai calmé en douceur avec 3 jours de repos), je dois dire que mon corps a bien joué le jeu en perdant encore quelques kilos à tel point que mes collègues me surnomment maintenant "Sac d'os".

Dimanche 6 Avril

Cette année le marathon est indécis... Pleuvra, pleuvra pas? Il est aussi assez effrayant avec ces histoires de particules fines et de pollution... Mais l'aspect le plus inquiétant, en tout cas pour moi, c'est bien sa température... Je sais que je ne peux pas vraiment me reposer sur une quelconque protection capillaire!).

 

Courir le marathon ...c'est un peu comme avoir une longue discussion de plusieurs heures avec son corps. Ça commence par un échange cordial sur la fraîcheur de l'air, le parfum de Paris, la beauté de cette ville. Et puis la petite discussion gentillette devient débat autour du 30ème kilomètre : Jeter sa bouteille d'eau pour s'alléger ou la garder pour s'assurer une hydratation en continue?

Imposer un stress physique si intense pour les muscles est-ce bien raisonnable? Crampe, contracture ou tendinite, laquelle choisir?... Tant de questions que le corps pose et à qui l'on doit une réponse convaincante si l'on veut aller jusqu'au bout. Mais au 40ème, cela devient de plus en plus tendu... Ca tourne même à la confrontation... Avec parfois des grèves spontanées et sans préavis comme celle de ce fameux mollet que je croyais avoir calmé pendant ma préparation mais qui avait visiblement gardé quelques griefs à mon égard...

Ce dialogue intérieur chacun l'a avec lui-même pendant cette course c'est pourquoi même si cette épreuve est individuelle, il existe une vrai solidarité des marathoniens... une solidarité du combat contre soit même en somme. Mais il y a aussi les amis, la famille, qui sont là pour me soutenir, comme Thomas qui m'accompagnera sur les 10 derniers kms ou Christophe qui me ravitaille en gel et eau au km 9 et km 19, sans oublier Bastien, mon cousin, qui s'est occupé de photographier ce qu'il restait de moi au bout de 40 kms.

Au final, ...nous passerons la ligne d'arrivée avec dignité mon corps et moi après 2 heures, 50 minutes et 22 secondes... J'espérais faire un peu mieux mais je me dis que ce n'est déjà pas si mal, après tout j'ai gagné plus de 200 places au classement. 



02/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres