UASG ATHLETISME

UASG ATHLETISME

CR du marathon du Mont Saint Michel le 28/05/11 par Julien

Mal placé, 6/7 semaines après Paris, le marathon du Mont Saint Michel ne jouit pas d'une très bonne réputation. Les conditions climatiques fin mai peuvent le rendre tout bonnement horrible : La chaleur peut annihiler dès le début de course tout objectif de performance ( d'autant que le départ était à 17 h 00 jusqu'en 2009)...Le sens et la force du vent peuvent parachever le tableau...Au final, on en est à se dire qu'une bonne vieille averse serait peut être préférable (Thierry, pour y avoir fait son premier marathon n'est pas forcément de cet avis toutefois...).
 
Heureusement, rien de tout cela n'a eu lieu....
 
De loin, le marathon du Mont Saint Michel était celui qui me faisait le plus envie  ( comme mon nom ne l'indique pas j'ai des attaches familiales dans la région, je joue à domicile !!!).  Paysage, relief et conditions ne me rebutent pas (au contraire). Début mars, je décide de m'inscrire sans avoir résolu l'équation : peut on faire le Marathon du MSM après avoir enchainé Paris, sans pépin physique.....Je me lance, on verra bien...
 
 
Vendredi 27/05 : Arrivé en terre malouine (habitants de saint Malo = "malouins") l'après midi, je vais récupérer hâtivement mon précieux sésame - heu dossard - afin de participer à mon 9ème marathon (4 < 3 heures, 4 > 3 heures pour être exact).
Il fait ensoleillé comme partout, mais l'air marin adoucit la température (18/20 °) ce qui me laisse assez confiant pour dimanche.
Le village expo se trouve sur le port. J'y trouve immédiatement mon lièvre déguisé avec une tenue officielle de l'Ethiopie. L'indéboulonnable "Chauchau" est là pour annoncer le plateau assez relevé de la compétition et assurer le show...Moi qui n'avait pas d'objectif chronométrique...la pression monte doucement => il faut dire que Gilles a su également faire monter la pression ces derniers temps...moins de 3 heures sinon il me parle plus...(Ouf je ne serai pas viré de la section et je n'imagine de tte façon pas Gilles s'arrêter de discuter :) ).
 
Samedi 28/05 : Jogging de 20 mn avec allure marathon les 2 dernières minutes pour me rappeler la cadence (je l'avais tester uniquement la semaine dernière lors de ma sortie d'1 heure - auparavant j'avais fait une sortie de 2 heures et 2 heures 30 allure 75 % FCM 15 jours avant l'échéance). ...Après midi, sieste et plage...le pied...
 
Dimanche 29/05 : levée 5 h 50 après une nuit agitée (merci Gilles, la pression est bien là...). Mes 2 bananes, un thé et c'est parti...
Arrivé à Cancale à 7 h 30, parking dans la zone commerciale de force...Sic !!! un panneau annonce le départ à 25 mn - 2 KM...c'est quoi ce bordel !!! Il me faudra en fait pas plus de 15 mn pour rejoindre le port...par contre, je n'ai pas réussi à savoir où la navette retour me déposera....tant pis on verra bien....
7h55 : consignes déposées, je pars trottiné quelques mètres et croise mes futurs compagnons de course (le fameux plateau) mais continue à cacher mon jeu...
8h15 : je m'immisce incidemment dans le SAS préférentiel pour me retrouver avec les élites (il n'y a qu'un SAS préférentiel < 2H50...). Les mecs me regardent du coin de l'œil...hé hé ca va chauffer...La pression a changé de camp :)...J'aperçois le drapeau des 3 heures une dizaine de mètres derrières moi.Parfait, j'attendrai que le Groupe me rattrape sur le premier kilo pour le suivre.
8H30 : Départ !!! Le Mont Saint Michel est en ligne de mire (du début à la fin)...J'accroche les élites le temps de passer la ligne blanche (je tiens ma perf.) soit 1 secondes 1/2...et revient à la réalité en me calant d'office à allure marathon (14/14.4 KM/h)...on verra bien...les 2 premiers Kilo sont en montées (4mn25s les 2 ) ...c'est parfait pour ne pas trop chauffer la mécanique...
Les conditions sont idéales : 12/13° au départ, nuageux, vent SO (soit latéral et dos, jamais de pleine face), donc je déroule tranquille...on verra bien...
10ème Kilo : sensations correctes sans plus, prévisions stables (pour reprendre les terminologies de nos économistes)...Nombreux sont les supporters sur le bords de la route, ambiance agréable et très chaleureuse (une mémé nous interpelle sur notre lenteur par rapport au Groupe de tête)....Le drapeau ne m'a toujours pas rattrapé mais les mollets commencent - déjà - à être un peu dure (le type de sensation que l'on a vers le 25ème kilo normalement)...tant pis on verra...
14ème Kilo : ail !!! une douleur derrière le genoux gauche revient (elle m'empêche de déplier correctement ma jambe )...tant pis...on verra..bien...
18ème kilo : La douleur repart comme elle est venue ( un nerf de coincé ?)...le drapeau n'est toujours pas là....tout ca me redonne des ailes...je tape la discute avec le Régional de l'étape (Gérald, VH2, qui force mon respect : le rythme est parfait, le style impeccable)...
21ème Kilo : 1H29 mn 46 s...ail...il va être dure de tenir l'objectif < 3 heures...les sensations sont pas trop mal mais il ne faut pas se leurrer...le chrono est là pour rappeler l'insuffisance de préparation à l'allure ++...perspectives stables à négatives...J'espère que Yoan - en week end à Granville, aura trouvé un vélo et sera présent au 30ème...
30ème kilo : 2h08 mn 08 s...les 3 heures sont toujours jouables...en théorie...le drapeau se rapproche déjà depuis qqs kilo...
32ème kilo : Le drapeau me rejoint à ce moment stratégique...il était temps !!! Pas de Yoann ( il a pas du se lever)..tant pis, je m'accroche au Groupe (une dizaine)...on verra bien mais ca va être dure et long (la fraicheur pysique commence à manquer)...bien que le MSM se rapproche.
34ème kilo : perspectives négatives, le rythme devient trop soutenu (4mn 13s/kilo) et les jambes (ou la tête ???) n'arrive plus (ne souhaitent plus ?) maintenir la cadence....Il commence à faire chaud et n'ai pas envie de vivre un calvaire...Je descend progressivement à 4mn25s / 4 mn 30s / kilo, mon objectif pour la fin sera de terminer en courant...(marcher constitue pour moi un échec plus cuisant qu'un objectif de temps raté...et comme je n'avais pas d'objectif réel de temps...). Tant pis pour les 3 heures...
35ème Kilo : dernier gel (le 7ème) "effort extrême"...on sait jamais...
37ème kilo : un éclair de crampe dans la jambe gauche m'indique que le ralentissement était inévitable...j'aurai pété sinon....je maintiens le rythme qui me permettra de finir dans de bonnes conditions physiques...
38ème kilo : ligne droite jusqu'à l'arrivée, Mont Saint Michel en vu, il se rapproche lentement mais surement. Sa splendeur, magnifiée par les vivats de la foule et l'ensoleillement, est une réelle claque !!! Magnifique, génial, exceptionnel...Certains peuvent trouver ce passage long et difficile, moi il m'aura parut magique et permis de puiser dans mes réserves...
derniers 400 m : je tape le sprint avec un gars, encouragés par la foule (finish façon tour de France en haut d'un col), tapis rouge sur le dernier 50 mètres. Je passe la ligne à donf, 14.4 km/h en vitesse instantanée (verdict sans appel donc...il n'y a plus de jus)..
 
Finish : 3h02mn46 s, 147ème sur près de 3500 arrivant (4200 au départ) 
  
 
  
 
Pour conclure :
 
1 ) La préparation physique d'un marathon conditionne le mental à supporter la souffrance physique qu'impose un objectif chronométrique (condition nécessaire mais pas suffisante). L'enchainement de 2 marathons est faisable...Si l'on peut capitaliser sur le premier pour mieux avaler les kilomètres, il ne faut pas espérer réaliser un 2ème chrono (l'état de fraicheur n'est pas suffisant)...
 
2 ) Un marathon fait toujours 42.195 km...quelques soient le parcours et les conditions...(il y en a encore qui me demande...). Du vent pleine face et une grosse pluie peuvent les rendre plus longs toutefois (j'aimerai bien tester le MSM dans ces conditions extrêmes...)....
 
3 ) Au marathon, c'est toujours les Kenyans (parfois les Ethiopiens) qui gagnent : Jacob kitur signe le 2nd record de l'épreuve en 2 h 11 mn 00, suivie de ses 2 compatriotes en 2 h 11 mn 12 s et 2 h 11 mn 27 s...le premier éthiopien (mon ex futur et hypothétique lièvre) finit 4ème...
 
 
 
Perspectives sur le marathon du MSM :  ultra positives : L'organisation est très efficace. Kiné, ostéo et podo à l'arrivé...les navettes vous reconduisent (au final à 50 mètres du parking de départ...)...Il faut attendre un petit peu mais qd il fait beau...
Il est possible d'y faire un temps...mais celui-ci reste quand même trop dépendant - à mon sens (compte tenu du parcours en plaine)- des conditions climatiques...Notons toutefois, qu'après les 3 heures, la chaleur a tapé dure pour cette édition...
Marathon que je recommande. L'arrivé sur le MSM, avec des conditions climatiques favorables et les clameurs de la foule est probablement l'une des plus belles sur marathon et mérite que cette expérience soit vécue par tout marathonien...(Thierry, pour en avoir bavé avec les conditions pour son premier marathon n'est pas du même avis...et je ne suis pas sûre qu'il recommencera l'expérience....dommage). 
 


07/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres