UASG ATHLETISME

UASG ATHLETISME

CR du Lyon Urban Trail le 03/04/2011 par Jean Luc des Bois

LYON URBAN TRAIL (38km - 1700D+ - 7000 marches) - 3 avril 2011

39,5 à mon compteur

( un VRAI trail dans la ville … atypique … ludique, … mais physique ! )

 

Cela faisait déjà pas mal de temps (depuis la 1ère édition en 2008, en fait) que ce trail (si, si !) avait attiré mon attention, par son côté original et atypique. Un trail urbain ? « Boff, boff » me direz-vous… sauf que ça ne se passe pas dans n'importe quelle ville, et pour qui connaît un peu la topologie des lieux, ça représente un beau potentiel : du dénivelé, un profil pas franchement plat (les collines de Lyon), des passages techniques (attention où vous posez les pieds, les escaliers peuvent réserver bien des surprises …), des single tracks à flanc de colline, de beaux panoramas, le tout dans un environnement historique et architectural unique.

 

Chaque année, je trouvais toujours une mauvaise raison pour ne pas m'y inscrire (marathon de Paris, Trail de la vallée de Chevreuse, Eco-trail tombaient à la même période). Cette année, pas de TVC et pas envie de refaire Paris, donc plus aucune raison de ne pas aller visiter la capitale des Gaules. Les billets de train et l'hotel sont réservés 3 mois avant et l'inscription est faite dans la foulée : Lugdunum, nous voilà !

 

(Je vous passe les détails des 3 mois d'attente … et de la préparation bien raccourcie à cause d'une fichue tendinite qui m'a pourrie la vie pendant 5 semaines et jusqu'à 1 semaine avant le jour J, c'est dire si je suis prêt à affronter les typiques escaliers des non-moins typiques traboules !) et me voilà débarqué à Lyon en ce beau (et chaud !) samedi 2 avril. L'aprés-midi sera consacré à une petite visite des alentours de la place des terreaux, lieu de retrait des dossards et de départ/arrivée du lendemain.

place des Terreaux

 

 

Il y a foule et les terrasses des cafés sont bondées. Un petit vent du sud s'engouffre dans les grandes artères lyonnaises. Météo-France annonce le même temps pour demain. Cool, mais il va falloir prévoir de bien s'hydrater durant la course.

Je rejoins l'hôtel en fin d'après-midi pour préparer mon paquetage. J'ai mal au crane. L'effet de la chaleur, du vent ?

 

Dimanche matin, réveil à 6h15. Petit-déjeuner habituel en pareille circonstance (thé, barres céréales, pain d'épices, fruits secs), je boucle mon sac et je vais prendre le bus qui doit m'amener vers la place des Terreaux.

Je me changerai sur place où des vestiaires et une consigne sont prévus. Ca m'arrange bien, car je dois prendre mon train du retour directement, sans repasser par l'hotel. Pas grand monde dans les rues en ce dimanche matin… faut dire que poiroter dans un arrêt de bus à 7h30 du mat' un dimanche matin, faut être un peu « frappé » …Je serai rejoins par une autre « frappée », avec qui je ferai la fin du trajet à pieds pour cause de rues bloquées à la circulation. Je la retrouverai également après l'arrivée, dans le bus du retour vers la gare, où elle m'apprendra qu'elle a terminé 3ème féminine. Respect ! (j'apprendrai par la suite qu'il s'agissait de Sandra Gouault).

Je me prépare tranquillement et dépose mon sac à la consigne. L'air est déjà chaud, on va bien transpirer aujourd'hui ! Je croise quelques têtes connues, et je tombe également sur le fils d'un collègue, Nicolas que j'avais rencontré l'année dernière à la CCC … le monde est décidément bien petit …

… les stars …

Nous nous dirigeons vers la ligne de départ, et à 8h30 précises, les fauves sont lachés. Ca part déjà très vite …trop vite !… mais tout ce petit monde va être rapidement calmé avec la première belle bosse : la montée par le tunnel de la rue de terme.

Le ton est donné. Nous voilà parti pour quelques heures de montagnes russes … Les escaliers

montants/descendants s'enchainent à un rythme soutenu. Je ne prends pas de risque avec mon pied, j'assure et je descends les marches une à une … mais je me fais doubler par des dizaines de furieux. Finalement, mon pied ayant l'air de me laisser tranquille, je décide d'adopter la « méthode lyonnaise de descente d'escaliers », çàd descendre les marches quatre à quatre, et oh surprise, on s'y habitue assez facilement et naturellement. Le secret: la vitesse ! Par contre, il faut bien assurer ses appuis sous peine de grosse gamelle assurée.

 

Les organisateurs ont pris un malin plaisir à nous faire découvrir toutes les petites sentes et c'est vraiment sympa, avec des surprises et de magnifiques panoramas à chaque coin de rue. Mon œil de photographe amateur est sans arrêt sollicité, et j'ai une envie folle de m'arrêter et shooter ces ruelles, ces parcs et ces panoramas typiques et originaux.

Et ça sera comme ça tout au long du parcours, un vrai régal !

Un petit aperçu :

montée de la Sarra

montée Nicolas de Lange basilique ND de Fourvières

(Tiens, Lyon a aussi sa Tour … ?)

basilique ND de Fourvières

On aura même droit à l'ancienne piste de ski de la Sarra … génial !

descente sur la piste de la Sarra

Le revers de la médaille, c'est qu'à partir du 27ème kilomètre, mes jambes ont commencé à crier famine …, d'autant plus que la chaleur est bien présente. A partir de ce moment, toutes les montées se feront en marchant.

Et des montées, il va y en avoir …et rien ne nous sera épargné jusqu'à la ligne d'arrivée.

montée Coquillat … oh qu'elle fait mal celle-là !

… et pis celle-là aussi, tiens !

… et pis celle-là aussi, tiens !

Après ce long périple, nous retrouvons les abords de la place des Terreaux, où nous traversons la cour d'honneur de l'Hotel de ville, spécialement ouverte pour l'occasion, pour déboucher enfin sur la place des Terreaux, terminus de notre belle escapade … et connaître enfin la délivrance en dégustant la traditionnelle rosette accompagnée d'un petit beaujolpif … rien de tel pour accélérer la récup !

la cour de l'Hotel de ville

… et enfin, l'arrivée !

Je fini ce LUT sec et rincé, mais heureux d'avoir découvert sous un angle nouveau cette magnifique cité des Gaules. Je reviendrai, c'est sûr … Même si, 2 jours après, j'ai les quadriceps, genoux et fessiers explosés et l'impression d'avoir 2 bouts de bois à la place des jambes !

 

En résumé :

- les + : - un parcours vraiment atypique et ludique,

- une découverte de la ville originale, avec des passages et points de vue magnifiques,

- une organisation et des bénévoles au top

- les - : - euh … y'en a pas (sauf peut-être le « cadeau finisher » qui manque à l'arrivée, mais finalement le cadeau remis à tous les participants suffit grandement)

Ah si, les automobilistes lyonnais … impatients à chaque traversée de rue, klaxonnant et jurant comme des fous après les pauvres bénévoles, tout ça pour 5mn d'attente, pas cool …et puis, juste un dernier conseil : si vous voulez apprécier ce LUT à sa juste valeur, venez bien préparés, vos cuisses vous remercieront …

Jean-Luc

… un p'tit bain dans la fontaine Bartholdi ?…

 



10/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres