UASG ATHLETISME

UASG ATHLETISME

CR du p'tit trail des Fiz le 31/07/11 par Olivier P

Compte rendu du p'tit trail des Fiz (30km D+ 2400)

 

La genèse du choix du trail:

 

Il ya un an l'un de mes amis apnéiste (Romain) avec qui je m'entraine aussi à la cpa passait ses vacances au pied du mont blanc et à découvert le trail des fiz à Passy (à cote de Saint Gervais les bains) donc c'était la seconde édition en 2010.

Ils proposent à certains membres du club d'apnée de nous inscrire pour la 3 eme étidion.

Nous sommes 2 à avoir répondu présent Lionel et moi.

Sans grande conviction au départ à cause de la date en plein milieux des vacances scolaires (31 juillet) j'accepte l'invitation. Je confirme ma participation en mai quand je sais que mes 2 loulous seront tranquillement en vacances avec les grands parents.

 

Le détail du parcours:

 

Il y a 2 courses proposées lors du Quechua trail des Fiz, le grand tour des Fiz 63 km +5300m et le p'tit tour des Fiz annoncé pour 30 km +2400. Comme c'est le premier trail pour nous 3 et que l'on n'est pas des fous on s'engage sur le parcours de 30 km.

A noter que pour la première fois le trail portera le nom de "Quechua tour des Fiz", en effet le centre de recherche de Quechua est à Passy, ils se sont donc sentis un peu obligé de sponsoriser ce trail qui se déroule sur leur terre.

Sans être un grand connaisseur je me rends compte que le profil est du type "balaise" car arriver à placer 2400 D+et D- sur 30 km cela augure d'une belle partie de montagne Russe!

Autre preuve de la difficulté du parcours la barrière horaire est fixée à 9h.

 

Lionel qui connait bien le coin et qui a fait le parcours en marchant sur 3 jours en 2010, nous confirme que c'est un vrai yoyo et surtout que le parcours est sublime avec une vue imprenable sur le mont blanc.

La préparation:

 

Etant à très bonne école avec l'uasg je me propose de préparer un petit plan d'entrainement histoire d'arriver un minimum entrainé sur la course et ne pas trop subir le parcours. Ok c'est une course mais cela doit rester un moment de plaisir donc il faut être un minium préparé à la hauteur de l'épreuve.

 

Le plan est simple, 3 séances par semaine avec de la VMA courte et longue et une sortie longue.

Les séances de VMA courtes seront faites en commun par Lionel et Romain avec un quatrième larron qui est venu se joindre à nous (Patrice) le mercredi soir dans un stade de boulogne.

De mon cote je garde ma séance bien aimée à la piste Guimier avec l'uasg.

 

La VMA longue et le sortie longue ont lieu tous ensemble le samedi et dimanche matin.

Pour les sorties longues on ira principalement dans la forêt de Meudon ou au parc de Saint Cloud.

 

La grand nouveauté pour nous tous c'est d'avoir tout une série de matériels obligatoire donc 1 litre d'eau, une veste imperméable, une couverture de survie etc… Donc tous les dimanches on s’entraîne avec notre nouveaux matériels et telles des femmes après les soldes, on parle de nos nombreux achats (pour vous dire personne n'avait de chaussures de trail). A ce sujet un grand merci à Passion Running qui fut de très bons conseils.

 

L'avant course:

 

Romain et Lionel sont déjà en vacances en famille dans les Alpes. Le départ est fixé à 5h du matin le samedi 30 juillet pour éviter un maximum les embouteillages du week end annoncé noir par le buisson futé!

On loge chez Lionel qui grace à sa belle famille nous loge dans un beau chalet à Saint Gervais.

 

Arrivée à midi sans avoir vu un bouchon (merci le buisson!) on va chercher les dossards en fin d'apres midi. Le site du départ est lieux de départ pour les parapentes avec vue sur le mont blanc, sympa!

Pour récupérer son dossard on passe par la vérification du matériel obligatoire, on rigole pas!

Par contre on voit bien que le trail est sponsoriré par Quechua on est gâté avec bien sur un t-shirt technique (on peut essayer et choisir ça taille), un buff, un porte dossard etc…

Dommage que quechua est une aussi mauvaise image de marque depuis les sans logis du quai Saint Martin J

Je suis le dossard 404 comme la Peugeot de mon grand père, espérons juste que je serai plus fiable!

 

Comme c'est mon premier trail j'ai fait un plan de course avec la fameuse règle des 100 de dénivelé = 1km j'ai donc prévu de finir en 5h30 en course soit un total de 54 km couru à un rythme de 9,8 km/h.

A ce rythme cela nous permet de passer la barrière horaire qui est à environ 15 km et qui doit être passée avant 4 heures de course.

 

La Course:

 

Le départ est à 8h00 du mat, il faut être là selon l'organisation à 6h45 pour une dernière vérification du matériel obligatoire et pour un briefing de sécurité. Sachant que l'on a 45 minutes de route, on décide de partir à 6h15, cela suffira amplement.

 

La chance est avec nous coté météo cela doit être l'un des seuls jours du mois de Juillet ou il fait un temps correct, pas un grand ciel bleu mais c'est bien dégagé et il n'y a pas de vent.

 

C'est la première fois que je vois cela l'organisateur au micro demande à toutes les femmes de se mettre sur la ligne de départ. Je suis assez surpris par le nombre assez important de féminine.

 

C'est parti, et la je comprends très vite que cela va être plus compliqué que prévu, sur le schéma j'avais "imaginé" que jusqu'au Charbonniere (les 2 premiers KM) c'était un assez plat. Erreur c'est déjà bien pentu en monté et aussi en descente et surtout que le terrain est très accidenté, il y a des gros cailloux partout. C'est donc cela un terrain technique?

 

Et la c'est parti pour 3 km de montée, on commence par la forêt et puis comme ils disent sur place cela devient de plus en plus minéral. Au début j'ai mal aux mollets mais je sais que cela passe une fois qu'ils sont bien chauds donc je serre les dents.

On monte à trois avec Romain et Lionel, en fait on fera ensemble 90% de la course c'est juste sur la fin en descente que je serai lâché. La montée n'est un long single track ou tout le monde se suite, mais on monte bien on arrive à doubler quelques concurrents.

Je pense a bien boire toutes les 5 minutes et à manger un croc d’une barre céréale toutes les 30 minutes.

En Haut après 5 km voici le premier ravitaillement, je suis 181 en 1h10 (le premier aura mis 48 minutes!).Je prends un peu de quatre quart et un peu d’eau, je refais le niveau de mon camel.

Arrêt de 5 minutes un peu trop long à mon gout car Romain et Lionel veulent attendre Patrice, mais Patrice n’a pas le même niveau d’entrainement que nous donc c’est clair que l’on ne pourra pas faire la course ensemble.

Ensuite deuxième gros marceau de la montée, toujours aussi beau, tout va bien. Arrivée tout en haut on immortalise le passage au sommet.

Et la commence pour moi la découverte du trail, la descente, horreur malheur, je suis petit avec des petites jambes et lourd (66 kg), je suis tout sauf aérien, de plus le sol est très très accidenté, il y a jamais une parcelle de plane. C’est donc cela un terrain technique ? Et bien celui la je vais le qualifiée d’ultra technique !

 

Apres la très forte pente de la descente du col on arrive dans une zone de plaine mais la aussi c’est toujours très accidenté mais je décide d’hausser un peu le rythme car je tape moins fort. Et la c’est le drame (avec le ton du magasin Capital sur M6) j’ai le genou droit qui « saute ».

C’est la 3eme fois en 1 an que cela arrive mais la première fois en courant, j’ai l’impression que la rotule qui saute et que mon genou ne me porte plus, cela fait très mal pendant 2 à 3 minutes et ensuite la douleur passe.

Je vais faire le reste de la course avec un frein psychologique donc toutes les autres descentes seront courus encore plus sur la retenue.

 

Les km s’enchainent sans trop de problème, je continue à gérer mon hydratation et alimentation.

Quand je peux lever la tête du terrain pour voir ou je dois poser mes pieds je peux admirer le paysage qui est vraiment sublime, des cascades, des lacs, des forets avec le mont blanc en second plan.

 

Apres le refuge de A.Wallis il y a de nouveau une montée, sur le papier rien de très compliqué mais comme il a plu tout le mois de Juillet et que je ne suis pas le premier de la course J la pente c’est transformé en un chemin de 30 cm de boue de profondeur. De la boue super grasse qui colle aux chaussures et qui ensuite colle à elle-même. Zéro appui et des pieds de plomb, plus un cm carré d’herbe pour avoir un peu d’accroche. Je pense à ce film sur la guerre du Vietnam « Hamburger Hill » qui a été une boucherie car les américains ne pouvaient prendre le sommet de la Hamburger Hill car elle était recouverte de boue et bien sûr pilonnés du sommet par les Viêt-Cong. http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_d%27Hamburger_Hill. C’est la même chose mais version trail et sans les armes à feu !

 

Je décroche un peu de Romain et Lionel qui sont plus allaise que moi en descente. Ils sont cool à chaque ravitos ils prennent leur temps et j’arrive à les rejoindre.

Apres le dernier ravito on se trouve enfin sur une partie roulante un beau single track a peut prés plat et roulant pour une fois. La j’entends derrière moi une foulée rapide et un type qui déboite avec un petit « pardon », je viens de me faire doubler par l’un des premiers du grand tour des Fiz (63Km). Ok ils sont partis 3 heures plus tôt que nous mais ils ont 30 km de plus à courir, on joue pas dans la même division !

 

Là je trouve que cela commence à faire long, on rentre de nouveau devant la foret, mes cuisses me font souffrir, moi qui pensais (à tord) qu’avec mes trajets quotidiens en vélo je n’aurai pas de problème de ce cote là , c’est raté!

 

Sur la fin je me fais encore doubler dans une descente par un mec qui reste à 50 mètres devant moi , mais dès qu’il y a une montée il se met à marcher, je reconnais enfin la fin de parcours et la je pense à la phrase du président « c’est quand même une course ! », le type marche dans la dernière montée mais la je continue à courir, je l’entends qu’il m’emboite le pas, j’accélère, yes ma petite victoire je passe la ligne avant lui en 6h11 !

 

Juste après l’arrivée un type m’accueille en me voyant il me laisse 2 minutes pour récupérer de mon dernier effort, il veut vérifier que j’ai bien tout mon matériel obligatoire car si il manque un objet c’est 30 minutes de pénalité ! Ouf, pour moi c’est ok mais le 3eme a été déclassé car il a perdu sa frontale donc pas de podium.

 

Je suis 221 sur 352 participants soit une moyenne de 4,85 km/h. Bon ce n’est pas brillant comme cela mais sur ma montre j’ai 33,2 km et les personnes qui ont des GPS annoncent une distance entre 32 et 33 km. Romain et Lionel sont arrivés 5 minutes avant moi ils sont 208 et 209eme.

 

 

Je vais à la tente ou il y a des ostéopathes à notre disposition, j’en profite !

Ensuite il y a un super déjeuner qui nous est offert, rien à redire.

 

Patrice arrive en 7h13, des que je le vois je remarque du sang sur sa jambe droite et que son corsaire est troué. Il est tombé au début assez fort sur le genou, au mental il a continué. Il va se faire soigné par l’équipe sur place. Le lendemain on ira chez le médecin car son genou a fortement augmenté de volume il aurait du avoir des points de sutures car la plaie est assez large.

 

On rentre ensuite chez Lionel ou la cote de bœuf nous attend et le champagne pour ce premier Trail, le réconfort après l’effort ! Mais à 22h00 il n’y a plus personne tout le monde fait dodo.

 

 

Les plus de course :

·         Organisation au top de la part de Quechua avec pleins de cadeaux (j’ai même reçu un DVD qui a été tourné lors de la course !)

·         Le paysage est sublime

·         L’ambiance entre potes et aussi avec les autres coureurs

·         Je pense avoir bien géré mon hydratation et alimentation aucun problème pendant 6 heures.

·         J’ai envie de faire d’autres trails

·         Une météo au top

 

Les moins de la course :

·         Parcours surement trop technique pour un premier trail

·         Il faut que je perde du poids pour mieux descendre la prochaine fois

·         J’ai toujours un gène au genou c’est surement le ménisque L

 



15/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres